I


A- B- C- D- E- F- G- H- I- J- K- L- M- N- O- P- Q- R- S- T- U- V- W- X- Y- Z 


Idéologie

L'idéologie désigne un ensemble de représentations, croyances, convictions, formant système (c'est-à-dire dépendant les unes des autres), propre à un groupe à une époque donnés.


IDH (indice de développement humain)

L'IDH est une valeur entre 0 (le plus faible) et 1 (le plus fort), construite à partir de différents indicateurs permettant de mesurer l'état de santé et d'accès à l'instruction ainsi que le revenu moyen d'une population.

 

Pour compléter:

-Benoît Martin, "Quelles mesures pour quantifier la pauvreté? Les indicateurs produits par les organisations internationales", Ceriscope Pauvreté 2012. 


Impérialisme

C'est le fait, pour une puissance donnée, de soumettre des territoires extérieurs à sa volonté pour satisfaire ses intérêts stratégiques (militaires, géopolitiques), économiques (production de richesse), sociaux (satisfaction des demandes de sa population) et culturels (répandre ses croyances). La colonisation de territoires, la conquête, la mise en place de relations asymétriques (=inégales) avec d'autres territoires relèvent d'une pratique impérialiste. L'impérialisme ne passe pas seulement par l'usage de la force, mais également par des stratégies de persuasion, voire par des formes de séduction économique et culturelle. Ceux qui dénoncent l'impérialisme culturel des Etats-Unis dénoncent ainsi tout un modèle de vie calqué sur ce qu'on appelle le "rêve américain" et ses pratiques de consommation.

 

Pour approfondir:

On peut lire l'article de Michael Mann, "Impérialisme économique et impérialisme militaire. Un renforcement mutuel", ARSS, 1/2008 (n° 171-172), p. 20-39, disponible ici.


Indicateurs de richesse

Ils renvoient à la production de richesse d'un territoire donné (pays, région, ville).

Les deux principaux, utilisés à l'échelle nationale, sont le PIB (produit intérieur brut) et le RNB (revenu national brut, proche du produit national brut, qu'il remplace).

Pour simplifier le PIB prend en compte la production de richesse sur un territoire donné sur une année. Le RNB prend en compte la production de richesse d'un pays donné sur son territoire et à l'étranger sur une année. 

PIB et RNB peuvent être donnés par habitant, en divisant le PIB ou le RNB total par le nombre d'habitants.

Le PIB et le RNB sont la plupart du temps donnés en dollars PPA (voir définition).

 

Pour compléter (inutile au collège et en lycée: les définitions sont très techniques):

-Les indicateurs "Economie et croissance de la banque mondiale". Faites défiler la page et cliquez sur l'indicateur qui vous intéresse.

-Sur le site de l'nsee, "Produit intérieur Brut et grands agrégats économiques".

-Revenu intérieur Brut sur le glossaire d'Eurostat.



Inondation

On parle d'inondation lorsqu'une zone habituellement non couverte par les eaux se trouve submergée. Cela arrive lors de la crue (voir ce mot) des cours d'eau, mais aussi lors de l'élévation brutale du niveau d'une étendue d'eau (lac, étang) ou de la mer (en cas de forte houle).

L'inondation est un risque auquel sont confrontés les aménagements humains sur les littoraux, les bords de plans d'eau ou les rives des cours d'eau.

Elle est liée à des événements climatiques imprévus (les aléas climatiques) mais aussi au fait que de nombreux aménagements humains sont installés sur des zones pourtant connues comme inondables.

Si les aménagements humains sont fortement atteints, mais surtout si les vies humaines sont touchées, l'inondation est une catastrophe naturelle.


Interface

En quelques mots:

En géographie, une interface est une zone de contact entre des espaces différents séparés par une limite donnée (frontière "naturelle" ou humaine). L'interface est un lieu d'échanges intenses qui agissent sur l'espace de l'interface (par exemple, en y faisant venir certaines activités liées aux échanges, comme par exemple les activités portuaires), mais aussi sur les espaces mis en contact (par exemple en contribuant à leur développement au détriment d'espaces qui ne bénéficient pas de l'interface).


Pour approfondir:

En physique, le mot d'interface désigne le contact entre des objets de natures différentes. En géographie, elle désigne une zone de contact entre des ensembles ou des systèmes distincts. Elle peut aussi désigner les relations entre les sociétés humaines et leur environnement naturel. 

La notion d'interface, en géographie, s'appuie donc sur l'idée d'une discontinuité, principalement entre deux espaces, et sur le dépassement de cette discontinuité, qui génère, sur la zone de contact, des caractéristiques spatiales spécifiques. L'interface agit donc sur l'espace, elle produit l'espace. De ce point de vue, la notion d'interface relève de la géographie systémique: l'interface est le produit d'une rencontre entre deux systèmes spatiaux, rencontre qui, à son tour, génère un nouveau système spatial.

La notion d'interface répond par ailleurs à celle de réseau. En effet, les interfaces concernent souvent des zones périphériques (zones de limite, zone de frontière), mais ces zones, par le fait qu'elles sont interfacées, deviennent des nœuds dans un réseau.

Les interfaces assurent deux fonctions principales. La première est l'échange entre deux espaces. La seconde est la régulation de ces échanges: l'interface les capte, les redistribue, les organise, ce qui a pour effet d'influencer les espaces interfacés.

 

Tiré de Groupe de recherche Interfaces, "L'interface, contribution à l'analyse de l'espace géographique", L'espace géographique, n° 3, 2008, p. 193-207. Lire l'article.


IPH (indice de pauvreté humaine)

Introduit par le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) en 1996, l'IPH prend en compte la santé, l'éducation et le niveau de vie. Il se distingue de l'IDH (voir définition) par le fait qu'il ne prend pas en compte le revenu. L'IPH se calcule de façon différente pour les pays en développement et les pays développés. Dans les pays en développement, il mesure la probabilité de mourir avant 40 ans, l'analphabétisme des adultes, la part de la population qui n'a pas accès à l'eau potable et la sous-alimentation chez les enfants. Dans les pays développés, il prend en compte la possibilité de mourir avant 60 ans, les difficultés de lecture chez les adultes, la part de la population vivant sous le seuil de pauvreté, le chômage de longue durée. 

 

Pour approfondir:

Benoît Martin, "Quelles mesures pour quantifier la pauvreté? Les indicateurs produits par les organisations internationales", Ceriscope Pauvreté 2012. 

 


IPM (indice de pauvreté multidimensionnelle)


C'est un indicateur introduit par le PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) en 2010 pour remplacer l'IPH (Indice de Pauvreté Humaine; voir définition). Il rassemble 10 indicateurs prenant en compte la santé, l'éducation et le niveau de vie. Un individu ou un ménage est pauvre s'il cumule un certain nombre de privations dans chacun de ces trois domaines. L'indicateur est calculé pour une centaine de pays en développement. 1.75 milliards d'individus sont concernés par la pauvreté multidimensionnelle, donc près d'un homme sur 3.

 

Pour approfondir:

-Benoît Martin, "Quelles mesures pour quantifier la pauvreté? Les indicateurs produits par les organisations internationales", Ceriscope Pauvreté 2012. 

-Indice de pauvreté multidimensionnelle sur le site du PNUD.

-Rapport sur le développement humain 2014 du PNUD.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0