Dépasser le déterminisme géographique: les milieux naturels domestiqués par l'homme.

http://www.flickr.com/photos/87913776@N00/ - http://www.flickr.com/photos/87913776@N00/460142568/ [CC-BY 2.0]
http://www.flickr.com/photos/87913776@N00/ - http://www.flickr.com/photos/87913776@N00/460142568/ [CC-BY 2.0]

Le déterminisme physique consiste à centrer l'explication géographique sur des facteurs naturels en ignorant la place des facteurs humains.

 

Prenons l'exemple du peuplement. Si le milieux physique est une contrainte, il n'épuise pas l'explication. Les facteurs économiques, et notamment ceux qui font référence à la plus ou moins grande facilité d'accès aux moyens de transport et de communication dans une économie mondialisée jouent également un rôle important, notamment pour expliquer la littoralisation du peuplement (le fait que de plus en plus d'hommes se concentrent sur les littoraux, au détriment des espaces intérieurs) et l'urbanisation (aujourd'hui 50% de la population mondiale habite en ville, mais ce sera près des 2/3 en 2050).

 

Par ailleurs, deux facteurs doivent être pris en compte. Le premier est l'anthropisation du globe. Le second renvoie aux capacités technologiques des sociétés humaines.

 

Aujourd'hui, l'ensemble du globe est soumis à l'action des hommes. Mêmes les espaces naturels les plus contraignants et les plus difficiles d'accès sont affectés par l'activité humaine comme le montre le recul des glaciers et de la calotte polaire antarctique sous l'effet du réchauffement climatique.

 

Par ailleurs, les hommes sont devenus capables d'installer leurs activités y compris dans les milieux réputés hostiles, par exemple en cultivant le désert. C'est ce que montre la photographie aérienne ci-dessus, prise dans le désert de Libye. Grâce à des système coûteux de canalisation appelés Grande rivière artificielle, financés sous la dictature de Mouammar Kadhafi (1969-2011) avec les revenus du pétrole, d'immenses périmètres irrigués permettent des cultures maraîchères (légumes) et fourragères (aliments pour le bétail). Cette irrigation puise son eau dans des aquifères fossiles (nappes d'eau très profondes prises entre deux couches de roche imperméable), qui constituent une ressource non-renouvelable. Ce type de périmètre irrigué n'est pas une spécificité de la Libye et peut être trouvé dans le Sud-ouest des Etats-Unis, en Israël ou en Arabie Saoudite.


Écrire commentaire

Commentaires : 0