Sociétés et cultures de l'Europe médiévale (XIè-XIIIè s.)


L'Europe occidentale au Moyen-Âge forme un large ensemble territorial unifié politiquement* (il est dominé par la monarchie, même s'il est découpé en différents royaumes concurrents), économique* (fondé sur une agriculture de subsistance, avec un début de développement du grand commerce urbain) et religieux (dominé par le christianisme catholique, devenu bien distinct du christianisme orthodoxe de l'empire byzantin avec le schisme de 1055). Pour ce grand territoire relativement unifié, on parle d'une civilisation.

Malgré tout, au sein de cette civilisation, se côtoient des organisations sociales différentes: une société* rurale dominante et une société* urbaine en plein développement. Se côtoient également des cultures* diverses et cette diversité est encore accentuée par le renforcement du pouvoir monarchique, qui s'appuie sur la constitution de traditions historiques nationales elles-mêmes renforcées par les conflits armés.

*Voir Glossaire

La chrétienté médiévale du XIè au XIIIè s.

La chrétienté, c'est l'ensemble des chrétiens, la société* qu'ils forment et leur culture*, unifiée par une religion, le catholicisme, qui oppose, à partir de 1055, le christianisme d'Europe occidentale au christianisme byzantin (appelé christianisme orthodoxe).

La société chrétienne est nettement séparée en deux groupes: le clergé* et les laïcs*. Le clergé*, qui dirige l'Eglise* est l'intermédiaire des hommes auprès de dieu. On appelle laïcs tous ceux qui n'appartiennent pas au clergé.

Les cathédrales gothiques, par leur architecture et leurs dimensions, illustrent à la fois la centralité du religieux dans l'espace urbain et le pouvoir du clergé . Reims, cathédrale du sacre, est aussi le symbole de l'imbrication du pouvoir religieux (incarné par le clergé) et du pouvoir politique* (incarné par le roi et la noblesse).

L'Eglise*, un des piliers du pouvoir au Moyen-Âge, affirme sa puissance à partir du XIè s. en se donnant des règles strictes et en accentuant son contrôle sur la vie des fidèles. C'est la réforme grégorienne*. Mais le XIIIè s. voit une crise du pouvoir ecclésiastique: si la religion reste centrale dans la vie des hommes, l'Eglise* se voit de plus en plus reprocher sa richesse et sa corruption. Dans ce contexte, on voit se conjuguer deux mouvements liés: le développement des hérésies* et celui d'un nouveau type de vie monastique inventé par les moines mendiants. François d'Assise, fondateur de l'ordre des franciscains, est un des acteurs de ce bouleversement. 

*Voir Glossaire

La cathédrale de Reims, à l'intersection du politique et du religieux

La construction de la cathédrale de Reims s'étend sur 3 siècles: si le gros oeuvre a été réalisé entre 1211 et 1275,  le monument a connu des ajouts et des modifications jusqu'au XVè s.

Par ses dimensions et le faste de son architecture, la cathédrale illustre le pouvoir de l'archevêque, dont le territoire métropolitain (ou province ecclésiastique) s'étend sur une grande partie du Nord et de l'Est de la France ainsi qu'une partie de la Belgique, couvrant 12 diocèses. Lire la suite.

Saint François d'Assise, au cœur d'une révolution de la vie monastique

L'essor des villes entre le XIè et le XIIIè s.

Alors que, suite aux invasions barbares qui mettent fin à l'empire romain d'Occident au Vè s., la civilisation urbaine romaine se délite et l'Europe devient un continent rural, à partir du XIè s., se produit un important mouvement d'urbanisation.

En effet, les grands défrichements et les progrès des techniques agricoles s'accompagnent d'une croissance de la population et de la constitution de villes-marchés qui centralisent, transforment et redistribuent la production des campagnes.

Un commerce international, qui commence à se mettre en place dès le Xè s. avec la rive musulmane de la Méditerranée, se développe fortement à partir de la fin du XIè s. avec les croisades.

L'Europe occidentale, par un axe terrestre qui suit les vallées du Rhône et du Rhin, relie deux mondes maritimes, celui de la Méditerranée au Sud avec celui des mer du Nord et Baltique. Les foires de Champagne jouent un rôle central dans les échanges entre ces deux mondes.

Les villes méditerranéennes, et celles du littoral Nord regroupées dans la Ligue Hanséatique (voir Glossaire), à l'interface (voir Glossaire) des échanges maritimes et terrestres, deviennent des places commerciales et financières qui développent une autonomie à l'égard du pouvoir politique et voient se constituer une puissante bourgeoisie marchande.

Bruges, port drapier au sein d'une économie-monde naissante

Surnommée la Venise du Nord, classée depuis 2000 au patrimoine mondial de l'Unesco, Bruges est, entre le XIè et le XIIIè s. une ville marchande de renommée internationale. Elle compte à la fin du XIIIè s entre 42 et 46000 habitants, ce qui en fait une des plus grandes villes d'Europe, entourée de près de quelque 6800 mètres de remparts et 9 portes. Elle fait partie, au XIIIè s., de la Hanse. Lire la suite.


Écrire commentaire

Commentaires : 0